NICE, L'INVITATION AU VOYAGE

Cartes postales, carnets de route, paysages dessinés, tickets de train, fleurs séchées entre 2 pages... Le temps où l’on gardait ses trésors de voyage est présent dans chacune des chambres de cette bâtisse du XIXème siècle, style Belle Époque.

 

Maranatha Hôtel Nice voyage

 

 

 

 

 

 

 

 

VILLE DU MONDE

 

Ancien comptoir des Grecs de Marseille et capitale historique du comté de Nice, la capitale de la Côte d’Azur a toujours été une ville frontière, à la croisée des routes terrestres et maritimes. Elle fait le lien entre les peuples, ceux des mers et des montagnes. Au cours de ses 2 000 ans d’histoire, elle fut tour à tour germanique puis provençale, avant de rejoindre les États de Savoie et le royaume de Piémont-Sardaigne à partir de 1720. Nice ne devint définitivement française qu'en 1860 après son annexion par Napoléon III, ses habitants n’y voyant rien à redire. De ce passé tumultueux, les Niçois ont hérité d’un esprit multiculturel et ouvert. Nombreux parlent encore le nissart, variété niçoise de la langue d'Oc. Les noms de leurs rues sont d’ailleurs d’abord écrits en cette langue puis en français. Tout au long de l’année, on y entend parler français, italien, anglais, russe... Pour un Breton, c’est un peu l’Italie et un Italien s’y sent déjà en France mais toujours un peu chez lui. Ici, nul ne s’étonne d’une villa mauresque jouxtant une église orthodoxe juste à côté d’un palais toscan entouré d’un jardin tropical ! Nice est sans doute la seule ville du monde ayant en son cœur, un port de croisière, une gare et un aéroport international.

 

Maranatha Hôtel Nice voyage Nikaia

 

 

 

 

 

 

 

 

NICE : LA LÉGENDE DE NIKAIA

Remontant à l'Antiquité, ce nom de Nikaia a été donné à la ville de Nice par les Grecs de Massalia (Marseille) à la suite d'une victoire contre les Gaulois de la région. Nikaia signifiant, en grec, “celle par qui est arrivée la victoire”. Mais ceci n’est sans doute qu’une légende.

 

Maranatha Hôtel Nice Baie des Anges

 

 

 

 

 

 

 

 

SUIVRE LA ROUTE DE LA BAIE DES ANGES

Selon la tradition, ce sont des pêcheurs qui auraient donné le nom de “Baie des Anges” à cette rade, ce bord de mer qui s’étend de Nice jusqu’au Cap d’Antibes. Ils ramenaient dans leurs filets une sorte de requin inoffensif vivant sur les fonds marins et dont les ailerons perpendiculaires ressemblent à des ailes d’anges. Ce poisson qu’ils appelaient “lu pei ange”, “le poisson-ange”, a é té identifié comme l'ange de mer ocellé. On ne sait pas très bien à quand remonte cette appel lation de Baie des Anges mais sur les cartes du XIXème siècle, un pont qui enjambait l’embouchure du Paillon était déjà appelé “le pont des anges” et la future promenade des Angla is était alors connue sous le nom de “chemin des anges”. Que l’on y croie ou non, cette baie bénie des dieux est un refuge idéal pour les anges.

 

Article extrait du magazine Maranatha #1

Retrouvez l’intégralité du magazine, ici !

Nos hôtels